back-home benefices-de-l-activite-physique-en-psychiatrie

Bénéfices de l’activité physique en psychiatrie

Par Charles-Louis ELOT, Psychologue

De nos jours, les bienfaits de l’activité physique sont reconnus tant du point de vue physiologique que du point de vue psychologique. D’autant qu’à l’inverse, l’inactivité physique augmente le risque de dépression et de surpoids.

De nombreuses études nous montrent que l’activité physique peut jouer un rôle dans la réduction des états dépressifs et anxieux. L’activité physique fait partie intégrante de l’arsenal thérapeutique au coté des approches pharmacologiques et psychothérapeutiques.

Depuis le 1er Mars 2017, les médecins peuvent prescrire de l’activité physique à leurs patients souffrant d’une affection de longue durée, bien que pour le moment ces activités physiques ne sont pas prises en charge par l’Assurance Maladie (malgré quelques initiatives locales comme à Strasbourg via la mesure « Sport-santé sur ordonnance » depuis 2012).

Sur le plan cérébral l’activité sportive serait associée à une augmentation de certains neuromédiateurs cérébraux : dopamine, noradrénaline, sérotonine… ce qui pourrait diminuer les symptômes liés à la dépression et/ou les troubles anxieux (souvent associés à un dérèglement de ces neuromédiateurs). Le sport produit des sensations de bien-être qui favorisent un état de relâchement, ce qui entraine un effet apaisant sur l’anxiété. Certaines études tendent à montrer lors d’une pratique sportive, une diminution de l’activité du cortex préfrontal (où siègent les ruminations, les soucis et autres pensées difficiles), ce qui permet de se sentir mieux dans sa tête. Le sport joue également sur le stress lui-même en diminuant le taux de cortisol dans le sang.

Les effets positifs de l’activité physique sont multiples mais les patients dépressifs ont souvent du mal à considérer le sport comme un « traitement » efficace de leur état. En effet en règle générale nous faisons du sport lorsque tout va bien. Il nous faut donc commencer par lutter contre le manque de motivation du patient. Pour cela nous disposons au sein de notre établissement d’un panel d’activités que nous proposons au patient (gym, cardio, musculation piscine…) afin de l’accompagner dans des activités dans lesquelles il pourra éprouver du plaisir et gagner en autonomie.