back-home les-ecrans-chez-les-jeunes

Les écrans et les jeunes

Par le Pôle Psychothérapeutique

Entre les smartphones, les ordinateurs, les tablettes et la télévision, les jeunes n’ont jamais autant été exposés aux écrans. Cette nouvelle génération croule sous une armada de nouvelles technologies digitales. Dans le cerveau, la sortie du dernier smartphone de la marque à la pomme provoque les mêmes mécanismes neurobiologiques que l’alcool, le cannabis ou le sexe : elle active le circuit cérébral du plaisir par un shoot de dopamine. De nombreuses études scientifiques démontrent que la télévision et les réseaux sociaux altèrent le développement des enfants. Pourtant les jeunes regardent les écrans en moyenne 35h par semaine. Ce temps passé devant les écrans par les jeunes est un sujet préoccupant pour leur développement, il peut être à l’origine de troubles de la concentration, de perturbation du sommeil et met à l’écart d’autres formes de culture. Le développement du cerveau humain est étroitement lié à son environnement. Les écrans ont une influence (parfois positive parfois négative) sur nos capacités cérébrales.

Les réseaux sociaux, censés être des espaces numériques de partages et de convivialités, ne sont pas sans danger. Au premier rang desquels se trouve les plateformes d’échange de type Facebook. Il est fort tentant pour un adolescent, en recherche de validation de la part de ses pairs, d’exposer toujours plus d’éléments de sa vie privée. Nombreux sont ceux qui concèdent avoir dans leur liste « d’amis » des personnes qu’ils n’ont jamais rencontrés dans la vie réelle. Plus la liste de contacts est grande, plus les risques sont présents. Risque d’être insulté, d’être l’objet de rumeurs en tout genre, de cyber-harcèlement poussant certains adolescents au suicide. Mais également d’être exposés à des contenus inappropriés : vidéos de propagandes, fakes news, photos et vidéos choquantes, pornographie,…

Dans un monde où l’univers du numérique ne cesse de s’accroître il est impossible (et certainement pas souhaitable) de faire machine arrière. Mais nous pouvons apprendre à utiliser autrement ces nouvelles technologies en commençant par prendre de la distance avec elles. Il est bon pour notre cerveau de se passer au moins quelques heures par jour des écrans au risque d’un véritable burn-out neuronal. Alors initions nos enfants à un usage raisonné des outils numériques. La protection des enfants face aux écrans est indispensable, elle doit non pas se faire dans une démarche d’interdiction mais plutôt de prévention et d’éducation. Sans parler de la violence ou de la pornographie, il convient d’être attentif aux contenus destinés aux jeunes afin de leur proposer des programmes de qualité.