back-home LE CHEVAL ET LA MEDITATION

MÉDIATIONS THÉRAPEUTIQUES ÉQUITHÉRAPIE

Par Evelyne DEPOND, Psychologue

Que peut-on attendre du cheval ?

Les thérapies avec le cheval sont récentes avec des expériences pionnières en 1960 (Suède et Norvège ) et des déclinaisons actuelles avec l’hypothérapie (orientation plus physiologique en lien avec réeducation fonctionnelle), la thérapie avec le cheval (développée depuis 1980 par Renée Lubersac axée sur la rééducation motrice affective et cérébrale), l’équithérapie (dimension psychique majeure vise à accompagner l’individu dans sa globalité psychique et corporelle basée sur le dialogue avec le thérapeute)et enfin le développement personnel qui est la branche la plus contemporaine de ces thérapies.
Le cheval offre des particularités très intéressantes : sa grande sensibilité lui permet de refléter le comportement humain et d’y répondre, vivant en groupe c’est une être très social qui invite a la relation et à la communication dans sa dimension non verbale, sa capacité de portage et de contact offre un véritable bain sensoriel, il ne porte pas de jugement mais appelle à une présence authentique. Il incarne un double symbolisme : maternant par sa chaleur, sa douceur au toucher, ses rondeurs et sa capacité à porter sur son dos à une allure relaxante (écho du holding maternel) et paternant par sa stature, sa puissance sa force massive et ses propres lois. Il offre un réceptacle à l’affectif transitionnel (pour combler les besoins et les manques) ; la mise en selle et les déplacements lors de la monte permettent de s’approprier sa force et sa puissance et de contacter un sentiment de (toute) puissance .

A la clinique, cette activité existe depuis 2008 sous la forme de sessions de 4 séances en travail de groupe réunissant trois patients (addictions dépressions et phobies sont les pathologies les plus indiquées pour cette approche), un binôme infirmier- psychologue et un animateur équestre. La séance avec le cheval intègre les différentes approches : prise de contact, pansage, travail à pied, mise en selle (équilibre, déplacements) ballade et tout ceci dans un respect permanent du rythme de chacun. Le temps de restitution permet le partage et l’analyse des ressentis : de la mise en mots à la question du sens, de la reformulation au renforcement, de l’éclairage sur son mode de fonctionnement aux prises de conscience, de l’élaboration des ressentis à l’accueil des remontées émotionnelles…

Les objectifs thérapeutiques sont prédéfinis à l’activité collant au plus près des besoins et attentes des participants. Les plus fréquents ont trait à la revalorisation de l’image de soi, la dynamisation, le développement de la confiance en soi, l’élaboration des ressentis, la socialisation, l’autonomisation, l’affirmation de soi, la consolidation des limites, la gestion émotionnelle (les peurs le plus souvent), les sensations hédonistes…

Il me semble que tous les niveaux de problématique peuvent être abordés via cette activité mais l’appariement du groupe (autour d’un objectif principal commun ou d’objectifs compatibles) reste essentiel en tant que gage d’efficacité et de meilleur fonctionnement.

Mon expérience et mes observations m’amènent à élargir l’éventail des apports de l’activité avec le cheval : d’emblée le patient est plongé dans la relation et dans l’action il devient acteur (dans un cadre contenant et rassurant) et doit se mobiliser pour entrer en relation, intégrer et suivre les consignes. Il assume une responsabilité en prenant soin d’un autre pour cela il doit s’organiser, trouver la bonne distance avec l’animal, dépasser ses craintes, tenir compte des réactions de l’animal et en décrypter les codes, découvrir les sensations et le plaisir de ce contact. Il va progressivement acquérir les gestes nécessaires, apprendre à doser ses demandes, à s’affirmer pour réussir les exercices proposés (notamment les allures, la direction en adaptant sa voix et ses gestes). Les initiatives et les décisions viendront lui donner de l’assurance tout comme la maitrise des exercices, le calme à garder même devant les situations inattendues .La prise de conscience du corporel est capitale à travers les différents ressentis et les états tensionnels dont le schéma corporel, l’équilibre et le tonus. La motricité fine est sollicitée tout comme le repérage dans l’espace à travers les parcours proposés. Le fait de nommer les sensations corporelles est un travail enrichissant pour les patients. L’inscription dans le principe de réalité passe par l’attention soutenue que le patient doit maintenir, par l’existence de codes et de règles à respecter pour obtenir le résultat escompté, par le respect des consignes. Les processus d’attachements mis en place sont observables (y compris l’étape de la séparation) à travers l’accordage entre le patient et le cheval réveillant des sensations précoces (contact, portage, bercements …) et instaurant un lien sécure. L’expérience puis son élaboration verbale en groupe permet de travailler les blocages émotionnels, de mieux se connaitre et de retrouver une sensation de liberté et de dépassement de soi, qui vont permettre une reprise de la confiance en soi.

C’est donc une promesse de mieux être qui se vit à travers cette rencontre singulière entre le patient le cheval et le thérapeute.