back-home douleur-traitement

Prise en charge de la douleur

Par Caroline MIGEON : Infirmière D.E. Référente Douleur

La perception de la douleur et son expression représentent des phénomènes complexes. Nous savons que la douleur est une expérience strictement personnelle et que ses manifestations individuelles (cris, pleurs, gestuelle…) sont propres à chaque être, selon ses croyances, sa culture, son éducation, ses possibilités physiologiques, sa préparation et son entraînement, ainsi que la présence ou non d’un entourage bienveillant.

La douleur n’est jamais entièrement physique, ni entièrement morale. On « souffre » d’algie articulaire, on partage la douleur d’un ami en deuil, on vit un sentiment d’abandon…En français, le terme « douleur » désigne aussi bien la douleur physique que la douleur morale. Il n’existe pas de mot pour différencier son expression psychique et son expression somatique, ou plutôt, ce sont les mêmes signifiants qui sont utilisés : souffrance, douleur, peine, mal. Nous pourrions toutefois tenter de préciser que la douleur contient d’abord une notion physiologique alors que la souffrance intègre en plus un facteur émotionnel associé. Douleur et souffrance sont intimement liées mais leurs traitements diffèrent.

Les pathologies psychiatriques peuvent modifier les modes d’expression habituels de la douleur, compliquer son dépistage, rendre délicate l’évaluation de l’efficacité des

traitements ou les parasiter. Si on y ajoute certaines croyances concernant l’absence de douleur en psychiatrie, le manque de formation des soignants et la peur des opiacés, antalgiques ou autres psychotropes, on comprend que la prise en charge de la douleur somatique ait pu rester longtemps marginale en santé mentale.

Au sein de la clinique nous prenons en charge la douleur des patients dans sa globalité, qu’elle soit physique ou psychologique. Pour cela, une Infirmière D. E, le C L U D (Comité de Lutte contre la Douleur), organisent la prise en charge pluridisciplinaire des patients en élaborant des protocoles pour uniformiser les pratiques professionnelles et permettre la mise en place d’un projet thérapeutique individualisé. Pour mettre en œuvre l’ensemble de ces prises en charge, différents acteurs articulent les soins : Psychiatres, Infirmières, aides soignants, psychologues, thérapeutes psychocorporel, aide soignante spécialisée en relaxation, kinésithérapeute, éducateur sportif. Une convention de partenariat avec le réseau Emeraude 58 (association de Soins Palliatifs), co porteur de la plateforme territoriale d’appui, nous permet un regard et une aide extérieure pour les situations complexes.